Neya Abdi

par Neya Abdi

publié le mai 28, 2021

Cette année, Chase B. estime qu’il est en voie d’empocher des revenus de 40 000 $ sur Turo. C’est un homme motivé parce qu’il est très compétitif et qu’il veut ce qu’il y a de mieux pour sa famille.

« Ma priorité, ce sont ma famille et mes enfants », affirme Chase. « Je me fais toujours un devoir de passer du temps avec mes enfants. »

Les valeurs familiales de cet hôte de Vancouver l’ont motivé à se faire des horaires et à les respecter. Il a aussi diversifié ses sources de revenus pour ne pas dépendre uniquement de son salaire de gestionnaire chez Bell Canada. Il y a dix ans, son goût pour la compétition l’a incité à investir dans l’immobilier. Il possède notamment trois propriétés qu’il loue à long terme, en plus de travailler à temps plein et d’élever ses trois enfants de moins de 10 ans.

« Personne n’est plus compétitif que moi. C’est de famille. »

Avec le temps, il a développé un système : il investit l’argent d’une de ses sources de revenus pour en faire croître une autre, créant ainsi plus de valeur.

« Financièrement, Turo m’a permis d’augmenter le nombre de voitures que je possède, mais également à réinvestir de l’argent dans mes projets plus ambitieux comme l’immobilier. J’ai acheté récemment un condo en prévente. L’immeuble a été bâti sur le terrain où se trouvait un vieux restaurant. J’ai déjà travaillé dans ce restaurant, c’était mon premier emploi quand j’ai fini l’école secondaire. Et tout l’argent avec lequel j’ai fait l’acquisition du condo, je l’avais gagné sur Turo. Je ne dépense pas cet argent pour acheter n’importe quoi. C’est mon emploi de 9 à 5 qui finance mes activités sur Turo, qui est un peu mon passe-temps, et c’est l’argent de l’autopartage qui finance mes investissements dans l’immobilier. »

Quand la passion des voitures devient un à-côté lucratif

Ce qui fait le bonheur de Chase, c’est sa famille. Il est aussi fier de ses réalisations professionnelles et d’avoir investi dans l’immobilier. Mais son petit plaisir, ce sont les voitures — sa première a été une Honda Prelude 1986. Chase a été propriétaire d’environ 50 véhicules au cours des années. En 2019, il a décidé de trouver des moyens pour rentabiliser cette passion et en tirer un revenu d’appoint.  

Il a essayé de trouver des plateformes d’autopartage et même de louer ses véhicules sur Craigslist, mais il cherchait une solution simple qui protégerait ses actifs. Il a ensuite découvert Turo et a compris que ce serait un bon moyen de générer des revenus. Malheureusement, la plateforme n’avait pas été encore lancée en Colombie-Britannique. Chase a donc inscrit son nom sur la liste d’attente. Plusieurs mois plus tard, il a assisté à une séance virtuelle de formation qui s’adressait aux hôtes potentiels de C.-B. Cette séance était animée par Philipp B., un Hôte vedette sur Turo et mentor du programme Pionniers à Montréal.

« Philipp avait cinq voitures sur son profil Turo, se rappelle Chase. Il nous disait combien d’argent il gagnait et quel était le potentiel. J’ai pensé : cinq véhicules… c’est beaucoup. Un jour, je vais le battre et je vais en offrir plus que lui. »

Quand Turo a finalement fait son entrée en Colombie-Britannique, Chase s’est tout de suite lancé dans l’autopartage. 

« J’ai commencé avec la Volkwagen GTI, qui a été la toute première voiture que j’ai inscrite sur la plateforme, raconte Chase. Ça faisait deux jours, peut-être, quand le premier voyageur l’a réservée. Je me disais : ok, c’est bien réel, ça fonctionne. J’ai eu l’occasion de rencontrer ce voyageur et nous avons discuté longuement de voitures. Il est parti, puis il est revenu avec le véhicule qui était en parfait état. Et ça s’est poursuivi, tout simplement. Chaque semaine ou presque, quelqu’un voulait la GTI et nous avions des conversations vraiment intéressantes sur les voitures. Ce n’était pas seulement “Voici votre véhicule. À plus tard.” C’était une expérience humaine, ce qui me plaisait beaucoup. Et je sais que les voyageurs ont aimé l’expérience aussi, parce qu’au moins trois personnes ont décidé d’acheter une GTI après avoir réservé la mienne. »

Faire un effort supplémentaire pour fidéliser les voyageurs

Il y a huit mois, un voyageur attendait que son identité soit vérifiée par Turo pour réserver la voiture de Chase. Ils se sont mis à discuter ensemble en attendant que la procédure soit terminée. Finalement, il a pu réserver une GTI et il a tellement aimé son expérience qu’il est devenu un client régulier. Il gardait la voiture chaque mois pendant deux semaines. 

Les réservations à long terme et les voyageurs fidèles se sont ensuite multipliés pour Chase. Durant la dernière année, il a fait croître ses activités sur Turo grâce à son amour des voitures, les nouvelles personnes qu’il a rencontrées et sa détermination à faire vivre des expériences uniques aux voyageurs. C’est ce service à la clientèle qui le distingue des autres hôtes. Il a même écrit un poème sur sa passion des voitures qu’il a ajouté à son profil.

« Le produit que j’offre, ce n’est pas ma voiture. C’est moi. Voilà comment je me démarque, explique Chase. Je sais que quelqu’un aura toujours un véhicule plus cher ou plus spectaculaire à offrir sur Turo. Bien sûr, je veux m’assurer que les voyageurs aiment conduire la voiture. Mais je m’assure aussi que l’expérience soit tellement simple et agréable qu’ils voudront toujours revenir. C’est ce qui m’est arrivé. J’ai beaucoup de clients fidèles qui reviennent parce qu’ils veulent réserver une de mes voitures. Ils vont prendre n’importe laquelle. C’est qu’ils préfèrent faire affaire avec moi. Je fais ce petit effort supplémentaire pour bien les servir. »

De la satisfaction de la clientèle jusqu’à un revenu projeté de 40 000 $

En mai 2021, Chase proposait six voitures sur Turo. Il en a déjà eu neuf. Il achète les véhicules qu’il a du plaisir à conduire et qui, à son avis, plairont également à ses voyageurs. Il leur parle régulièrement pour savoir s’ils ont aimé leur expérience et il prend leurs commentaires au sérieux.

La plupart des voyageurs de Chase utilisent ses voitures pour explorer Vancouver ou se rendre dans les environs. Même s’il est devenu entrepreneur sur Turo pendant la pandémie, Chase a connu onze mois lucratifs sur la plateforme. Durant ses six premiers mois, il a gagné environ 15 000 $. Cette année, il estime être en bonne voie de gagner 40 000 $. Il attend donc l’été avec impatience.

Ce passionné des voitures a d’autres atouts pour réussir. Parce qu’il a été propriétaire de 50 véhicules depuis l’école secondaire, Chase peut compter sur sa vaste expérience avec une multitude de marques et modèles. 

« J’ai probablement eu les voitures que vous pourriez me nommer, affirme Chase. Je sais lesquelles sont à éviter et lesquelles sont fiables. 90 % du temps, je choisis le véhicule à inscrire sur la plateforme en me basant sur mon instinct, mes connaissances et mes expériences passées. Et je tiens compte de l’innovation dans une voiture aussi. J’en cherche une qui ne soit pas seulement ordinaire. J’en veux une qui se démarque et que les gens vont apprécier.

« Mes voitures ne servent pas seulement à vous rendre du point A au point B. Elles sont censées rendre le trajet amusant. »


Inscription sur le Web

Inscrivez votre voiture à partir de votre navigateur — assurez-vous d’avoir les renseignements sur votre véhicule à portée de main.

Créer votre annonce

Inscription avec l’appli

Téléchargez l’appli Turo et inscrivez votre voiture à partir de votre téléphone — où que vous soyez, quand vous le voulez.

Télécharger l’application
Tags:
Article précédent : Huit arrière-plans virtuels pour accueillir le printemps
Article suivant : Exploitez-vous le plein potentiel de votre annonce?